Écrire Le prisonnier d’opinion iranien Abdollah Momeni risque la torture ou d’autres mauvais traitements

AU 244/09, MDE 13/099/2009, 14 septembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 26 OCTOBRE 2009 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Personne n’a eu de nouvelles du prisonnier d’opinion iranien Abdollah Momeni depuis que sa famille lui a rendu visite à la prison d’Evin, dans la capitale, Téhéran, le 8 août, environ un mois après son arrestation. Après l’avoir vu, son épouse s’est dite inquiète pour sa santé car il avait perdu du poids, pouvait à peine marcher et paraissait désorienté. Il risque toujours de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements. Abdollah Momeni, porte-parole de l’Association des anciens élèves d’Iran, a été arrêté le 21 juin au siège de campagne de Medhi Karroubi, candidat de l’opposition lors de l’élection présidentielle qui a eu lieu le 12 juin. Après plus de quatre-vingt-quatre jours de détention, aucune information n’indique qu’il a été présenté devant un tribunal, et sa famille et son avocat ne savent toujours pas où il est détenu actuellement. Son épouse a déclaré que, la dernière fois qu’elle l’avait vu, des policiers l’avaient amené en voiture dans la prison d’Evin depuis l’extérieur, comme s’il était détenu dans un autre lieu. Dans une interview accordée au site Internet d’actualité www.roozonline.com, elle a raconté : « Lorsqu’il est sorti de la voiture, il serait tombé si son frère et moi ne l’avions pas soutenu. Il ne pouvait même pas faire un pas. Nous l’avons aidé à marcher jusqu’à la salle de visites. » (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse