Un détenu iranien, Abdollah Momeni, « avoue » au tribunal

Après trente-cinq jours de détention au secret, le prisonnier d’opinion iranien Abdollah Momeni a comparu devant un tribunal à Téhéran avec cinq autres prévenus le 14 septembre. Il est accusé, entre autres, de propagande contre le régime. Parmi les éléments présentés contre lui figurent « des contacts avec les ONG Amnesty International et Human Rights Watch ». Il a présenté des « aveux » et demandé une grâce. Amnesty International craint qu’il n’ait formulé ces déclarations sous la contrainte. Abdollah Momeni, porte-parole de l’Association des anciens élèves d’Iran, a été arrêté le 21 juin au siège de campagne de Medhi Karroubi, candidat de l’opposition lors de l’élection présidentielle du 12 juin. Il a comparu lors de la cinquième audience du procès collectif d’une centaine de personnes accusées d’avoir organisé des manifestations contre le résultat officiel de l’élection, après avoir été détenu au secret dans un lieu inconnu pendant trente-cinq jours. Il était accusé d’avoir « fait de la propagande contre le régime de la République islamique en transmettant des informations relatives aux manifestations et en donnant des interviews à des radios et des sites antirévolutionnaires », « troublé l’ordre public en diffusant des lettres d’informations mensongères » et organisé des « rassemblements et réunions visant à porter atteinte à la sécurité nationale ». Il a déclaré au juge qu’il ne voulait pas qu’un avocat le défende. Au cours du procès, le représentant du ministère public a déclaré que « créer une atmosphère de mensonge, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.