Écrire Des défenseurs des droits humains attaqués

AMR37/005/2009 - AU 251/09 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 NOVEMBRE .Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Des policiers ont projeté du gaz lacrymogène dans les locaux du Comité des familles de détenus et disparus du Honduras (COFADEH). Ces faits ont eu lieu, dans un contexte de tension croissante et d’inquiétudes pour le respect des droits humains, après la dispersion d’une manifestation célébrant le retour du président destitué, Manuel Zelaya, le 21 septembre. Mardi 22 septembre, une quinzaine de policiers se sont garés devant l’entrée des locaux du COFADEH, une organisation de défense des droits humains, et ont tenté, semble-t-il, de pénétrer dans le bâtiment. Sans avertissement préalable, ils ont alors lancé des grenades lacrymogènes en direction des locaux. À ce moment-là, le personnel était au complet, et une centaine de personnes, dont des femmes accompagnées d’enfants, se trouvaient également sur place. Ces visiteurs étaient venus présenter leur témoignage au sujet de violences commises par la police lors de la dispersion d’une manifestation qui venait de se dérouler devant l’ambassade du Brésil dans la capitale hondurienne, Tegucigalpa. Amnesty International est profondément inquiète à la suite des informations faisant état de nombreuses arrestations et d’un recours excessif à la force par la police contre des manifestants au Honduras, notamment sous la forme de coups donnés en guise de punition. L’organisation a été informée que plusieurs (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition