Écrire Des témoignages de torture doivent être examinés

AU 260/09, ASA 17/055/2009 Amnesty International sait maintenant que neuf hommes actuellement jugés dans la province du Henan (centre de la Chine) ont déclaré que leurs « aveux » leur avaient été arrachés sous la torture. Le tribunal a rejeté leurs plaintes en raison d’un manque de preuves. Ces neuf hommes faisaient partie des 25 personnes qui étaient déjà détenues depuis un certain temps lorsque la police les a officiellement arrêtées en août 2007, dans le cadre d’une campagne de lutte contre la délinquance intitulée « Frapper fort ». En décembre 2008, ils ont été inculpés de plusieurs chefs d’accusation, notamment d’avoir « formé et dirigé des organisations assimilables à des associations de malfaiteurs » et « participé à des organisations assimilables à des associations de malfaiteurs ». D’après un article de la presse locale, leurs avocats ont affirmé qu’ils n’étaient pas membres d’une bande criminelle ni impliqués dans le grand banditisme. Ces neuf hommes, parmi lesquels figurent Wang Yuefeng, Wang Zhiqiang et Yu Long, ont chacun indiqué séparément à leurs avocats qu’ils avaient été torturés au cours d’interrogatoires. Ils ont précisé que des policiers leur avaient versé de la sauce à la moutarde dans le nez et leur avaient infligé des décharges électriques au niveau de la tête, des jambes et des parties génitales. Wang Yuefeng a été privé de sommeil pendant six jours. Tous ont eu les mains attachées derrière le dos avec une serviette par laquelle ils ont été suspendus au plafond à plusieurs reprises, pendant (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir