Écrire Akram Mahdavi,une iranienne risque d’être exécutée très prochainement

Action complémentaire sur l’AU 59/08, MDE 13/104/2009, 9 octobre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 OCTOBRE 2009 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus Une Iranienne de trente-cinq ans, Akram Mahdavi, risque d’être exécutée très prochainement pour le meurtre de son mari de soixante-quatorze ans, commis en 2003. Les autorités pourraient lui ôter la vie dès le 11 octobre. Akram Mahdavi, aujourd’hui âgée de trente-cinq ans, a été mariée à l’âge de treize ans à un toxicomane qui se montrait violent envers elle. Elle a divorcé cinq ans plus tard mais, lorsqu’elle a eu vingt ans, sa famille l’a forcée à épouser un homme de soixante-cinq ans. Les enfants de ce dernier, déjà adultes, se montraient violents envers Akram Mahdavi et celle-ci a rencontré un autre homme qui l’aurait persuadée de tuer son mari. Elle est incarcérée depuis 2003. L’exécution d’Akram Mahdavi a été programmée à deux reprises au moins en 2008, mais elle a été reportée afin de laisser plus de temps à ses proches et aux personnes qui la soutiennent pour réunir la diya (« prix du sang ») qui devait permettre d’indemniser la famille de son mari. Toutefois, le montant réclamé était trop élevé et sa famille n’a pas pu réunir l’intégralité de la somme. Les proches du mari d’Akram Mahdavi ont déclaré que les autorités leur avait demandé de se rendre dimanche à la prison d’Evin à Téhéran, la capitale iranienne, afin d’assister à l’exécution. Amnesty International ignore s’il s’agit du 11 ou du 18 octobre. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir