Écrire Deux mineurs délinquants risquent d’être exécutés dans les prochains jours

AU 275/09, MDE 13/103/2009, 9 octobre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 OCTOBRE 2009. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux jeunes iraniens risquent d’être exécutés dans la capitale, Téhéran, pour des meurtres qu’ils sont accusés d’avoir commis alors qu’ils avaient moins de dix-huit ans. Selon leur avocat, l’exécution de Behnoud Shojaee, âgé de vingt et un ans, est prévu le 11 octobre, et celle de Safar Angooti, âgé de vingt ans, entre le 19 et le 21 octobre. Behnoud Shojaee a été condamné à mort à titre de qisas (« réparation ») par la 74e chambre du tribunal pénal de Téhéran le 2 octobre 2006, après avoir été reconnu coupable du meurtre d’un garçon nommé Omid, tué l’année précédente, alors que Behnoud Shojaee avait dix-sept ans. Il n’a pas été représenté par un avocat lors de son procès. D’après le quotidien Etemad, c’est la sixième fois qu’une date est fixée pour son exécution. Safar Angooti a été reconnu coupable d’avoir commis un meurtre à l’âge de dix-sept ans. Selon Etemad, il a poignardé en avril 2008 un rival amoureux qui parlait à une jeune fille qui lui plaisait, acte pour lequel il a été condamné à mort. S’il a admis avoir tué cet homme, il affirme que ce n’était pas intentionnel. Dans un premier temps, il devait être exécuté le 4 mai 2009, mais il a bénéficié d’un sursis à la dernière minute. Le 4 octobre 2009, Mohammad Mostafaei, l’avocat qui défend Behnoud Shojaee et Safar Angooti, a été informé des dates d’exécution de ses deux clients. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse