Écrire Juan Juan Almeida, un détracteur du gouvernement cubain privé de visa de sortie

AU 280/09, AMR 25/010/2009, 16 octobre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 27 NOVEMBRE 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Juan Juan Almeida, le fils d’un leader de la révolution cubaine de 1959, n’a pas été autorisé à quitter le pays après avoir critiqué les autorités. Amnesty International craint que les mesures restreignant son droit de circuler librement ne soit destinées à le punir injustement car il a exercé son droit à la liberté d’expression, et qu’il ne continue à être victime de harcèlement. Juan Juan Almeida souffre d’une forme d’arthrite et, pendant plusieurs années, ses médecins cubains l’envoyaient en Belgique afin qu’il y reçoive des soins médicaux. Cependant, depuis 2003, le Département des migrations et des services aux étrangers ne lui a pas accordé le visa de sortie dont il a besoin pour quitter Cuba. Sa femme et sa fille vivant aux États-Unis, les autorités américaines lui ont délivré un visa humanitaire début 2009 afin qu’il puisse se faire soigner dans ce pays. Pourtant, on lui interdit toujours de quitter Cuba. Juan Juan Almeida a déclaré avoir été harcelé à plusieurs reprises par les forces de sécurité. Il affirme avoir été suivi récemment, entre les 20 et 24 septembre, par des agents de la sûreté de l’État circulant à bord de trois voitures, et ce à chaque fois qu’il sortait de chez lui. Lorsqu’il s’est rendu au poste de police local afin de savoir pour quelle raison il était suivi, les voitures ont arrêté de le filer. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir