Écrire Haytham al Maleh risque la prison

Action complémentaire sur l’AU 281/09, MDE 24/028/2009, 22 octobre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 DÉCEMBRE 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Haytham al Maleh, qui a soixante-dix-huit ans, comparaîtra devant un tribunal le 25 octobre. S’il est jugé et déclaré coupable, il encourt jusqu’à quinze ans de prison, simplement parce qu’il a parlé des atteintes aux droits humains et de la corruption gouvernementale en Syrie. Haytham al Maleh est poursuivi pour « offense au président », « offense au pouvoir judiciaire », « diffusion en Syrie de fausses nouvelles susceptibles de porter atteinte au moral de la nation » et « atteinte aux sentiments nationalistes ». Ces accusations font suite à une interview qu’il a accordée en septembre à Baradda TV, une chaîne satellitaire basée en Europe, ainsi qu’à des articles et autres documents qu’il a publiés sur trois ans, dans lesquels il a évoqué la corruption au sein du gouvernement et les atteintes aux droits humains en Syrie. Il est actuellement incarcéré à la prison d’Adhra, à Damas. Il lui est désormais plus facile d’obtenir des médicaments pour son diabète et son hyperthyroïdie que lorsqu’il se trouvait dans un centre de détention de la Sûreté de l’État, lieu où les détenus sont généralement privés de tout contact avec l’extérieur. Haytham al Maleh a été arrêté le 14 octobre par des agents de la Sûreté de l’État et détenu au secret dans un centre de détention à Kafr Sousa, un quartier de Damas. Le (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse