Écrire inquiétudes pour la survie d’un universitaire iranien détenu, Mohammad Maleki

Action complémentaire sur l’AU 233/09, MDE 13/113/2009 Mohammad Maleki, soixante-seize ans, universitaire iranien et ancien président de l’université de Téhéran, est détenu au secret à la prison d’Evin, dans la capitale iranienne, depuis quarante jours. Il souffre d’un cancer de la prostate ainsi que d’autres maladies, et Amnesty International craint que sa vie ne soit en danger. Avant son arrestation, qui a eu lieu en août, Mohammad Maleki recevait régulièrement des soins pour traiter son cancer dont il ne bénéficie plus depuis. Il souffre également de diabète et d’un rythme cardiaque irrégulier. Le 23 octobre, son épouse, Ghodsi Mir Moez, a déclaré lors d’une interview accordée à une station de radio allemande qu’elle craignait que son état de santé ne se soit dégradé. Sa famille et son avocat ont été autorisés à lui rendre visite une fois, le 14 septembre. Après cette entrevue, Ghodsi Mir Moez a déclaré : « J’ai remarqué que son état physique s’était détérioré. Ses mains et ses pieds tremblaient en permanence et il n’avait pas assez de force pour rester debout. » Elle a en outre indiqué qu’il s’était plaint de « ressentir d’intenses douleurs et de souffrir d’une accélération du rythme cardiaque, d’hypotension et d’une sensation de brûlure lorsqu’il urinait ». Mohammad Maleki est actuellement détenu sans inculpation, et son ordonnance de maintien en détention provisoire pendant deux mois a été renouvelée le 22 octobre. Les fonctionnaires qui l’ont arrêté ont indiqué à Ghodsi Mir Moez qu’il faisait l’objet d’une enquête (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition