Écrire Des étudiants indonésiens risquent une expulsion forcée

AU 292/09, ASA 21/018/2009, 2 novembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 14 DÉCEMBRE 2009 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Environ 900 étudiants d’une université chrétienne à Djakarta, la capitale de l’Indonésie, risquent d’être expulsés de force très prochainement d’un site provisoire où ils habitent et étudient. Au moins 17 d’entre eux observent une grève de la faim. Les autorités de Djakarta ne leur ont pas proposé de solution de relogement convenable, si bien qu’ils pourraient être contraints de dormir dehors. Ces étudiants, inscrits à l’université chrétienne Sekolah Tinggi Ilmu Teologi Injil Arastamar (STT Setia) de Djakarta, risquent d’être expulsés de force d’ici quelques jours de l’ancien bureau du maire de Djakarta-Ouest, dans le quartier de Grogol. La municipalité a récemment perdu la propriété de ce site à la suite d’un litige avec une société privée. L’alimentation en électricité et en eau a été coupée dans ce bâtiment le 26 octobre, même si les autorités ont placé des réservoirs d’eau à l’extérieur. Le maire a proposé que les étudiants s’installent sur un autre site provisoire, un ancien centre de transit pour migrants situé dans le nord de Djakarta. Cependant, l’administration de l’université STT Setia affirme que ce bâtiment est trop délabré pour que des personnes puissent y loger et étudier. Au moins 1 400 étudiants originaires de différentes provinces ont été évacués du campus de Setia en juillet 2008, lorsque celui-ci a été attaqué par des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !