Écrire Hengameh Shahidi, une journaliste libérée sous caution

Action complémentaire sur l’AU 231/09 MDE 13/116/2009, 3 novembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 15 DÉCEMBRE 2009 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La journaliste Hengameh Shahidi a été libérée sous caution le 1er novembre, après avoir été détenue quatre mois sans être jugée à Téhéran, la capitale. Elle avait entamé une grève de la faim six jours avant sa libération afin de protester contre sa détention. Hengameh Shahidi, âgée d’environ trente-quatre ans, appartient au Parti de la confiance nationale, un parti politique d’opposition dirigé par le religieux réformiste Mehdi Karroubi, candidat à l’élection présidentielle qui s’est tenue en juin 2009 et dont le résultat controversé à donné lieu à des manifestations massives. Préparant actuellement une thèse dans une université britannique, Hengameh Shahidi était retournée en Iran afin de conseiller Mehdi Karroubi sur les questions concernant les femmes lors de sa campagne électorale. Elle a été arrêtée le 30 juin et placée à l’isolement pendant cinquante jours à la prison d’Evin, à Téhéran, avant d’être transférée dans une cellule avec une autre femme. Des responsables de la prison ont menacé Hengameh Shahidi de la punir si elle poursuivait sa grève de la faim. Cela contraste avec l’impunité dont jouissent les membres des forces de sécurité responsables de violences. Selon le site Internet Norooz, elle a demandé à ses parents : « Les personnes qui m’ont battue dans les sous-sols de la prison d’Evin (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.