Écrire Des communautés indigènes risquent l’expulsion

AU 300/09, AMR 45/048/2009 Cinq communautés indigènes de l’est du Paraguay risquent d’être expulsées très prochainement de leurs terres ancestrales : 150 familles se retrouveraient alors sans abri ; elles ne bénéficieraient d’aucun accès à une eau saine ni à des soins médicaux, et seraient privées de terres cultivables. Les communautés avas-guaranis de Loma Tajy, Ka’aguy Poty, Ka’aty Min, Ka’aguy Roky et Formosa, dans le district d’Itakyry (département de l’Alto Paraná), font l’objet d’un arrêté d’expulsion qui prendra effet le 6 novembre. Elles seront ainsi contraintes à quitter leurs terres ancestrales, où elles sont installées depuis des générations : leurs enfants y sont scolarisés, elles peuvent y cultiver de quoi se nourrir et elles disposent d’un centre de santé. Ces communautés ont déjà été confrontées à la menace d’une expulsion, mais le risque est aujourd’hui accru : le président de la Commission sénatoriale des droits humains a appelé le vice-ministre de l’Intérieur à fixer l’expulsion de ces communautés indigènes au 6 novembre, date à laquelle se tiendra une réunion qui rassemblera des propriétaires terriens brésiliens, des représentants de l’instance étatique qui gère les conflits liés aux peuples indigènes, ainsi que les avocats des communautés concernées. Cette Commission s’est récemment prononcée contre une proposition de loi qui aurait permis à l’État de se conformer à une décision de la Cour interaméricaine des droits de l’homme en restituant leurs terres ancestrales aux Yakyes Axas – un autre groupe (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir