Écrire Un turc, Ali Agirdas, risque d’être décapité

AU 302/09, MDE 23/103/2009 Un Turc de vingt-neuf ans, Ali Agirdas, risque d’être décapité très prochainement en Arabie saoudite. Sa peine est actuellement examinée par le Conseil judiciaire suprême, présidé par le roi. Si le Conseil donne son approbation, il pourra être exécuté à tout moment. Ali Agirdas a été arrêté le 24 février 2007 à Riyadh pour trafic de drogue et a été condamné à mort par le tribunal général de la ville le 18 juin 2008. Sa condamnation a été confirmée en appel. Son cas doit maintenant être examiné par le Conseil judiciaire suprême, qui peut approuver la condamnation à mort ou renvoyer l’affaire devant la Cour de cassation afin qu’elle soit réexaminée. Lors de son procès, Ali Agirdas a été informé par le juge qu’il devait signer des « aveux » en arabe – une langue qu’il ne sait pas lire et qu’il ne maîtrise que très peu à l’oral – reconnaissant qu’il était en possession de drogue au moment de son arrestation. Lors de son interrogatoire, il n’était assisté ni d’un interprète ni d’un avocat. Ali Agirdas a affirmé à son interrogateur qu’il ne savait rien à propos de cette drogue. Malgré cela, l’interrogateur lui a présenté un document en arabe – des « aveux » écrits – en lui expliquant que cela l’aiderait dans cette affaire. Ali Agirdas a indiqué à la cour qu’il ignorait ce qui était inscrit sur ce document. Il a pourtant été condamné sur la base de ces « aveux ». Lors de son procès, Ali Agirdas était assisté d’un interprète mais pas d’un avocat. En revanche, un avocat était présent lors de son procès en appel. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.