Écrire Des communautés indigènes risquent des représailles

Action complémentaire sur l’AU 300/09, AMR 45/049/2009 Cinq communautés indigènes du district d’Itakyry, dans l’est du Paraguay, ne risquent plus d’être expulsées très prochainement de leurs terres ancestrales. Cependant, les fermiers brésiliens qui affirment être propriétaires de ces terres ont épandu une substance toxique au moyen d’un avion, à la suite de quoi plus de 200 personnes ont dû être soignées. Ces communautés risquent de nouvelles représailles. Les communautés avas-guaranis de Loma Tajy, Ka’aguy Poty, Ka’aty Min, Ka’aguy Roky et Formosa risquaient d’être expulsées des terres sur lesquelles elles vivent depuis de nombreuses années. La propriété de ces terres est contestée par des fermiers installés de l’autre côté de la frontière brésilienne toute proche car ceux-ci y cultivent du soja. Le 6 novembre, à la suite d’un recours formé par l’avocat des communautés concernées, l’arrêté d’expulsion a été annulé. Cependant, le jour même, environ 50 hommes représentant, semble-t-il, les fermiers brésiliens, ont tenté de chassé ces communautés indigènes de leurs terres. Des membres des communautés leur ont décoché des flèches. On sait que très peu d’agents de la police locale étaient présents. Les communautés ont empêché ces hommes d’accéder à leurs terres. Cependant, plus tard dans la journée, un petit avion a survolé leurs terres et épandu sur les habitations ce qui semble être des pesticides utilisés dans la culture du soja. Depuis ces événements, la ministre de la Santé publique a indiqué que près de 220 personnes (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.