Écrire Luis Galdámez, un journaliste radio hondurien craint pour sa vie

AU 309/09, AMR 37/009/2009, 16 novembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 28 DÉCEMBRE 2009. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Luis Galdámez, un journaliste travaillant en free-lance pour une station de radio indépendante au Honduras, a reçu des menaces de mort pour avoir diffusé des travaux et commentaires en faveur du président évincé du pays, Manuel Zelaya. Luis Galdámez, qui présente une émission quotidienne intitulée « Tras La Verdad » (« Derrière la vérité ») sur Radio Globo, une station nationale, a reçu un certain nombre de menaces de mort sous la forme de SMS et d’appels anonymes sur son téléphone portable. Ces menaces visant lui-même et sa famille ont commencé peu après qu’il eut utilisé son émission de radio pour critiquer les autorités de facto. L’un des SMS contenait le message suivant : « On te tient maintenant, cette fois tu ne t’échapperas pas [...]. Tu es prévenu, on sait où tu vis et où tes enfants vont à l’école, fils de pute, on vous surveille bien, toi et ta famille, si tu ne te tais pas on te tuera, saleté. » Le 21 septembre, Luis Galdámez a fait son émission depuis l’ambassade du Brésil à Tegucigalpa, alors que Manuel Zelaya venait d’y arriver après être resté hors du pays depuis son éviction. Depuis cette date, ce journaliste n’a pas quitté l’enceinte de l’ambassade, car il craint d’être tué s’il en sort au vu des menaces qu’il a reçues. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a demandé aux autorités honduriennes de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !