Écrire Frère Henri de Rosiers (h), 77 ans (âge à confirmer), défenseur des droits humains et avocat

AMR 19/021/2007 - AU 313/07 Le frère Henri de Rosiers, avocat et défenseur des droits humains connu sous le nom de « Frei Henri », court un grand danger. D’après l’organisation non gouvernementale Comissão Pastoral da Terra (CPT, Commission pastorale de la terre), la police militaire de Xinguara, dans le sud de l’État du Pará, a indiqué que trois hommes avaient été engagés pour tuer Frei Henri, en échange d’une somme estimée à 50 000 réals brésiliens (environ 20 000 euros) en octobre 2007. Frei Henri reçoit depuis un certain nombre d’années des menaces de mort liées à ses activités de défenseur des droits humains (voir l’AU 134/00, AMR 19/13/00, 25 mai 2000, et ses mises à jour). Son nom serait inscrit sur une liste de personnes à abattre dressée, semble-t-il, par des propriétaires terriens de la région. Frei Henri est protégé par la police militaire vingt-quatre heures sur vingt-quatre depuis l’assassinat, en février 2005, de la Sœur Dorothy Stang, une militante écologiste qui avait été la cible de multiples menaces de mort. Cela étant, les autorités n’ont manifestement pas tenté d’enquêter sur les dernières menaces de mort formulées contre lui ; elles n’ont pas non plus pris d’initiatives sérieuses en vue de faire la lumière sur les précédentes menaces ou sur cette « liste noire », pas plus qu’elles n’ont essayé de désarmer les milices locales. Frei Henri travaille depuis de nombreuses années en tant qu’avocat de la CPT à Xinguara. Cette organisation défend les militants du droit à la terre, les ouvriers agricoles et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.