Écrire Bobby Wayne Woods. Demande de grâce pour cause de retard mental

AU 317/09, AMR 51/121/2009, 27 novembre 2009 Bobby Wayne Woods, un Blanc âgé de quarante-quatre ans, doit être exécuté au Texas le 3 décembre. C’est la troisième fois en deux ans qu’une date est fixée pour son exécution. Il a été reconnu coupable en 1998 du meurtre d’une fillette, commis l’année précédente. Son avocate a déposé un recours en grâce au motif qu’il souffre d’un handicap mental. Bobby Woods a été condamné à mort pour le meurtre de Sarah Patterson, une fillette de onze ans tuée après avoir été enlevée avec son frère de neuf ans dans la caravane où ils habitaient avec leur mère, son ex-petite amie. Sa peine de mort a été confirmée en appel au niveau de l’État et devant la justice fédérale. En juin 2002, dans l’arrêt Atkins c. Virginia, la Cour suprême des États-Unis a interdit l’application de la peine capitale pour les personnes atteintes de « retard mental » car leur culpabilité morale réduite et leur vulnérabilité accrue rendaient excessive une peine censée être réservée aux « pires » des crimes et des criminels. Un nouvel appel a été interjeté pour Bobby Woods au motif qu’il souffrait d’un retard mental. Lors d’une audience devant le tribunal de première instance au niveau de l’État, un psychologue clinicien a déclaré sous serment pour la défense qu’à son avis, Bobby Woods remplissait les critères d’un « léger retard mental », avec un quotient intellectuel (QI) de 68 et des déficiences dans plusieurs domaines du comportement adaptatif (voir page suivante). Ce spécialiste a également attiré l’attention sur une (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.