Écrire 132 familles du village de Chong Chruoy

ASA 23/009/2007 - AU 314/07 Le 2 novembre 2007, vers 3 heures du matin, 300 membres des forces de sécurité ont été déployés à Chong Chruoy, un village situé dans la banlieue est de Phnom Penh. En quelques heures, ils avaient expulsé de force les 132 familles qui y vivaient. Les logements, situés sur les rives du Mékong, ont été détruits et le terrain déblayé à l’aide d’excavateurs et d’ouvriers recrutés à cet effet. Certaines propriétés auraient été pillées au cours du processus de démolition. Ni les défenseurs des droits humains ni les journalistes n’ont été autorisés à surveiller l’opération. Un député de l’opposition présent sur les lieux s’est vu confisquer son appareil photo. Les villageois ont été réinstallés de force à Trapeang Anchanh, un village du district de Dangkor, où manquent les abris, la nourriture et l’eau potable. Ils auraient reçu un lopin de terre, mais pas d’abris d’urgence ni de matériaux de construction de base. Un vice-gouverneur de Phnom Penh aurait déclaré le 3 novembre que les familles bénéficieraient chacune d’un prêt sans intérêt sur cinq ans pour leur permettre de reconstruire une maison. Jusqu’à présent, cette promesse ne s’est pas matérialisée. Le site de réinstallation de Trapeang Anchanh, situé à une vingtaine de kilomètres de Phnom Penh, a également servi pour reloger d’autres familles, expulsées de force au cours des deux dernières années. Il s’agit d’une zone inondable où manquent des infrastructures de base tels que les abris, l’électricité, l’eau potable, les installations sanitaires, les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.