Écrire Jamal al Hajji arrêté pour avoir évoqué la question des droits humains

AU 332/09, MDE 19/006/2009, 9 décembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 20 JANVIER 2010. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Jamal al Hajji, qui dénonce ouvertement les pratiques de la Libye en matière de droits humains, a été arrêté le 9 décembre et, semble-t-il, placé en détention. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion détenu uniquement pour avoir critiqué les autorités libyennes. Jamal al Hajji a été sommé par téléphone, le 8 décembre au soir, de se présenter le lendemain matin à 9 heures pour un interrogatoire au parquet de la Sûreté de l’État à Tripoli, la capitale. Il s’y est rendu comme on le lui avait demandé et, vers midi, il a pu téléphoner à sa femme et lui annoncer qu’on l’emmenait à la prison d’Al Jdayda, à Tripoli. Ses proches sont sans nouvelles de lui depuis lors, et les autorités ne les ont pas informés de son arrestation. Jamal al Hajji a déjà reçu le 5 novembre une convocation du parquet de la Sûreté de l’État, lui demandant de faire une déposition à la suite d’une plainte qu’il avait déposée auprès du secrétaire du Comité populaire général pour la Justice (l’équivalent du ministre de la Justice), Mustafa Muhammad Abdeljalil. Dans sa plainte, il avait dénoncé les défaillances des autorités libyennes en matière de justice, le traitement – notamment les actes de torture – infligé aux prisonniers, la détention arbitraire prolongée de personnes acquittées par les tribunaux, et les violences commises par les forces de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !