Écrire La police népalaise n’a pas arrêté un militaire inculpé, le commandant Niranjan Basnet

Action complémentaire sur l’AU 331/09, ASA 31/012/2009 Le commandant Niranjan Basnet n’a pas été arrêté à son retour au Népal. Malgré les instructions du Premier ministre ordonnant son arrestation, la police militaire l’a escorté jusqu’au quartier général de l’armée à Katmandou, la capitale. L’armée attend, semble-t-il, une décision de son chef d’état-major indiquant s’il faut ou non déférer le commandant Basnet à un tribunal civil. Cette décision doit être rendue aux alentours du 19 décembre. Le 12 décembre, le commandant Niranjan Basnet est retourné au Népal après avoir été démis des fonctions qu’il occupait dans le cadre de la mission de maintien de la paix des Nations unies au Tchad. Il a été rapatrié au Népal, où il est accusé du meurtre d’une jeune fille de quinze ans, Maina Sunuwar, commis en 2004. Au lieu d’être arrêté à l’aéroport et déféré au tribunal civil du district de Kavre afin d’être jugé, le commandant Basnet a été escorté par la police militaire jusqu’au quartier général de l’armée à Katmandou. Ce faisant, l’armée n’a pas respecté les instructions du Premier ministre ordonnant l’arrestation de cet homme. Selon la presse, le ministre de la Défense s’oppose à cette arrestation et refuse de déférer Niranjan Basnet à un tribunal civil. Certaines informations indiquent également que des militaires de haut rang attendent que le chef d’état-major, Chhatra Man Singh, rentre d’une visite en Inde et décide si l’armée doit coopérer avec le parquet civil. Selon des articles de presse, celui-ci devrait être de retour le 19 décembre. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse