Écrire Père Nguyen Van Ly, prêtre catholique malade est renvoyé en prison

Action complémentaire sur l’AU 313/09, ASA 41/011/2009, 21 décembre 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 29 JANVIER 2010 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Le père Nguyen Van Ly, un prisonnier d’opinion, a quitté l’hôpital pour retourner en prison le 11 décembre, alors qu’il n’avait pas totalement récupéré à la suite de son accident vasculaire cérébral. Il est partiellement paralysé d’un côté. Les autorités pénitentiaires ne lui permettent pas de bénéficier des soins médicaux nécessaires et son état de santé risque de s’aggraver. Le 11 décembre, le père Nguyen Van Ly a été renvoyé à la prison de Ba Sao après avoir quitté l’hôpital pénitentiaire 198, géré par le ministère de la Sécurité publique à Hanoï, où il était en convalescence à la suite de l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime le 14 novembre. Bien qu’il ait recouvré en partie sa mobilité, sa famille affirme qu’il demeure partiellement paralysé du côté droit, ce qui limite son autonomie. Cet homme de soixante-trois ans, militant du mouvement en faveur de la démocratie, purge depuis mars 2007 une peine de huit ans d’emprisonnement pour « propagande contre l’État ». Depuis son placement en détention, il a passé la majorité du temps à l’isolement. Il souffre d’hypertension et d’autres pathologies. Au cours des sept mois qui ont précédé son accident vasculaire cérébral, il a connu plusieurs problèmes de santé ; il a notamment été paralysé du côté droit pendant des semaines. Les autorités n’ont pas fait procéder (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !