Écrire Menaces contre Adolfo Guzmán Ordaz, militant associatif

AU 16/10, AMR 41/007/2010 Adolfo Guzmán Ordaz, militant des droits des indigènes de l’État du Chiapas, dans le sud du Mexique, a reçu des menaces de mort après avoir porté plainte contre la police. Il en a fait part aux autorités, mais celles-ci n’ont pas pris toutes les mesures nécessaires pour assurer sa protection. Adolfo Guzmán travaille pour Liaison communication et formation (Enlace Comunicación y Capacitación), une organisation locale qui dispense de la formation sur les droits humains et le développement économique durable dans les communautés indigènes. Le 6 janvier en début de soirée, alors qu’il arrivait chez lui avec sa femme et ses deux enfants, il a trouvé sur la porte un message disant « mort, mort, mort ». Des membres de la police de l’État étaient venus dans la journée et, ne le trouvant pas, avaient demandé à des voisins s’ils savaient où il se trouvait. Dans la nuit du 24 au 25 décembre 2009, tout juste rentré chez lui avec sa famille après avoir fêté Noël, Adolfo Guzmán avait reçu un appel téléphonique anonyme de quelqu’un lui disant : « Passe un joyeux Noël, parce que c’est ton dernier ». Le 14 décembre, un autre message avait été glissé sous sa porte. Il disait : « Arrêtez, sinon vous allez mourir. » Un tribunal devait examiner deux jours plus tard une plainte déposée par Adolfo Guzmán contre la police de l’État. Craignant pour sa sécurité, Adolfo Guzmán ne s’est pas présenté à l’audience, mais a signalé les menaces dont il avait fait l’objet au bureau du procureur général de l’État du Chiapas. (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse