Écrire Isabel Rosales, Miriam Altamirano et Javier Monroy : des militants menacés au Mexique

AU 19/10, AMR 41/010/2010, 21 janvier 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 4 MARS 2010. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Des membres de l’Atelier de développement communautaire (TADECO), une organisation de développement communautaire et de défense des droits humains à Chilpancingo, capitale de l’État de Guerrero (sud du Mexique), ont reçu des menaces de mort et ont été suivis. Les autorités mexicaines n’ont proposé aucune protection aux militants. Le 19 décembre 2009, un membre de l’Atelier de développement communautaire s’est fait voler un téléphone portable. Le 25 décembre, une des militantes, Isabel Rosales, a reçu sur son portable un SMS la menaçant en ces termes : « Faites attention, nous vous surveillons ». Le 27 décembre, elle recevait le message suivant : « Écoute, salope, je te suis à la trace, un de ces jours, ton portrait figurera sur la fresque des disparus. Bien à toi, la famille (sic). » Le 27 décembre, une autre militante du TADECO, Miriam Altamirano, a reçu le SMS suivant alors qu’elle se trouvait dans les locaux de l’organisation : « Ce serait si facile pour nous d’emmener celle qui porte un pantalon noir et un pull marron. Ca t’ennuierait ? ». Ce message faisait allusion à la tenue que portait Isabel Rosales, qui marchait alors dans la rue à quelques pâtés de maisons de là. Le même jour, un autre militant du TADECO, Javier Monroy, a reçu ce message : « Nous aurons la personne dont la perte te fera le plus souffrir […] ». Ces (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse