Écrire Iran, des défenseurs des droits humains poussés à « avouer »

Action complémentaire sur l’AU 347/09, MDE 13/017/2010, 5 février 2010 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 19 MARS 2010 : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Sept membres du Comité des reporters des droits humains, une organisation iranienne de défense des droits humains, sont actuellement en détention à Téhéran. Ils subissent des pressions visant à les contraindre à « avouer » avoir des liens avec un groupe d’opposition interdit dans le pays, ce qui les rendrait passibles de poursuites pouvant entraîner leur condamnation à mort. Trois de ces sept personnes faisaient partie des voyageurs arrêtés à bord d’un bus qui devait les emmener aux funérailles d’un religieux dissident en décembre. Depuis le 30 novembre 2009, sept membres du Comité des reporters des droits humains (CHRR) ont été arrêtés et sont actuellement en détention à la prison d’Evin, à Téhéran. Au moins deux d’entre eux, Kouhyar Goudarzi et Mehrdad Rahimi, sont inculpés de mohareb (inimitié à l’égard de Dieu), un crime puni de la peine capitale, bien qu’aucune information n’indique qu’ils aient été officiellement inculpés. Depuis 2006, le CHRR dénonce les violations des droits humains perpétrées en Iran. Les autorités ont accusé le CHRR d’être lié à l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un parti d’opposition interdit, ce que le Comité réfute. Au cours d’une visite de sa famille le 28 janvier, Mehrad Rahimi a confié à ses proches qu’il était soumis à des pressions pour (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir