Écrire Des militants politiques arrêtés risquent la torture

AU 59/10, AFR 57/001/2010, 12 mars 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 23 AVRIL 2010 À : . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Plus d’une douzaine de militants politiques arrêtés au moment de l’élection présidentielle togolaise – qui s’est soldée par la réélection de Faure Gnassingbé – risquent d’être torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements en prison. Deux d’entre eux ont besoin de soins médicaux urgents, dont ils ne bénéficient pas à l’heure actuelle. Augustin Glokpon et Jacob Benissan ont été arrêtés le 3 mars, la veille de l’élection, alors qu’ils emmenaient du matériel de campagne dans la ville de Vogan, à 45 kilomètres à l’est de Lomé, la capitale. Ils appartiennent tous les deux à l’un des principaux partis d’opposition, l’Union des forces de changement (UFC). Ils ont été détenus une semaine à la gendarmerie de Lomé, avant d’être inculpés d’« atteinte à la sûreté de l’État ». Le juge d’instruction a ordonné leur placement en détention provisoire à la prison civile de Lomé, mais les forces de sécurité les ont conduits à la prison de Kara, une ville située à 420 kilomètres au nord de Lomé. Par conséquent, il est beaucoup plus difficile pour leurs proches et leurs avocats de leur rendre visite. Augustin Glokpon souffre de problèmes liés à son hypertension et Jacob Benissan est diabétique. Les médicaments qu’ils avaient sur eux au moment de leur arrestation – et qu’ils doivent prendre quotidiennement – sont en train de s’épuiser, et ils ne reçoivent (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.