Écrire Thomas Douglas Arthur (h), Blanc, 65 ans

AMR 51/186/2007 - Action complémentaire sur l’AU 225/07 (AMR 51/137/2007 du 30 août 2007) et sa mise à jour (AMR 51/149/2007 du 28 septembre 2007) Les autorités de l’État de l’Alabama ont fixé une nouvelle date, le 6 décembre, pour l’exécution de Thomas Arthur. Elles requièrent son exécution en dépit du moratoire sur les exécutions que les États-unis semblent appliquer en attendant que la Cour suprême fédérale statue sur la question de la constitutionnalité des injections létales. L’État de l’Alabama n’a en outre pas fait droit à la requête formulée par Thomas Arthur, en vue d’obtenir que des tests d’ADN soient réalisés sur divers éléments de preuve liés au crime pour lequel il a été condamné. Thomas Arthur a été condamné à mort pour le meurtre de Troy Wicker, tué en 1982. Judy Wicker, l’épouse de la victime, a également été condamnée, pour cet homicide, à une peine de réclusion à perpétuité. Elle a bénéficié d’une libération conditionnelle après avoir témoigné au troisième procès de Thomas Arthur, en 1991. Au cours de son propre procès, Judy Wicker avait déclaré sous serment que Thomas Arthur n’était pas impliqué dans le meurtre et que son mari avait été tué par un inconnu qui l’avait aussi violée, comme elle l’avait indiqué à la police. Lors du troisième procès de Thomas Arthur, en 1991, elle a déclaré à la barre des témoins que Teresa Rowland, le petit ami de cette dernière, Theron McKinney, et elle-même avaient parlé de tuer Troy Wicker début 1981. Toujours d’après son témoignage, elle savait que le meurtre aurait lieu le 1er (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse