Écrire Un nouveau procès débute, la peine de mort reste à craindre pour Mohamed Kohail et Mehanna Sa’d

Action complémentaire sur l’AU 116/07, MDE 23/007/2010, 30 mars 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 MAI 2010 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus Le nouveau procès du Canadien Mohamed Kohail et du Jordanien Mehanna Sad a commencé et l’accusation a de nouveau requis la peine de mort. Le nouveau procès de Mohamed Kohail et Mehanna Sad a débuté le 23 mars devant le tribunal général de la ville de Djedda. L’accusation requiert la peine de mort et utilise de nouveau les mêmes éléments de preuve, y compris des « aveux » qui, selon les deux hommes, ont été obtenus sous la torture. Ils pourraient tous deux être une nouvelle fois condamnés à mort malgré l’annulation de leur peine par la Cour suprême le 9 janvier et le renvoi de l’affaire devant un tribunal de Djedda pour un nouveau procès. Le frère de Mohamed Kohail, Sultan Kohail, 18 ans, a été libéré sous caution. Il attend toujours son second procès devant un tribunal général et risque d’être condamné à mort alors qu’il n’était âgé que de seize ans au moment des faits. Il a été condamné à 200 coups de fouet et un an d’emprisonnement par le tribunal correctionnel de Djedda en avril 2008. Cependant, la Cour de cassation a renvoyé l’affaire devant un tribunal général pour qu’elle soit rejugée. Mohamed Kohail et Mehanna Sad ont été poursuivis début 2007 pour le meurtre d’un garçon syrien mort lors d’une bagarre de cour d’école en janvier 2007. Ils ont été condamnés à mort en mars 2008 à l’issue d’une procédure qui (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir