Écrire Un journaliste de Newsweek, Maziar Bahari, reçoit des menaces de mort

Action complémentaire sur l’AU 171/09, MDE 13/045/2010, 29 avril 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 JUIN 2010. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Maziar Bahari, correspondant irano-canadien de Newsweek, a reçu des menaces de mort qui émaneraient d’un responsable iranien qui a contacté un de ses proches en Iran. Maziar Bahari a été détenu en tant que prisonnier d’opinion après l’élection présidentielle controversée de juin 2009 et a quitté le pays après avoir été remis en liberté. Le 17 avril 2010, un proche de Maziar Bahari qui vit en Iran a reçu un appel téléphonique menaçant. Son interlocuteur lui a fait savoir : « J’appelle depuis le tribunal… Dîtes à Maziar de ne pas s’imaginer que nous sommes incapables de l’atteindre sous prétexte qu’il ne se trouve pas en Iran… La situation devient dangereuse désormais. Tout peut arriver sans avertissement. » Selon Maziar Bahari, il avait déjà été contacté par des intermédiaires qui l’avaient mis en garde contre le fait de s’exprimer, mais c’est la première fois qu’un de ses proches est pris à parti. Maziar Bahari a été arrêté le 21 juin 2009, peu après l’élection présidentielle contestée en Iran. Libéré sous caution le 17 octobre 2009 après avoir comparu lors d’un procès collectif pour l’exemple au mois d’août, il a été autorisé à retourner au Royaume-Uni juste à temps pour assister à la naissance de son premier enfant. Il est demeuré à l’étranger depuis sa libération. Il dénonce les atteintes aux droits humains (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse