Écrire Ja’far Kazemi, risque imminent d’exécution en Iran

AU 102/10, MDE 13/047/2010, 30 avril 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JUIN 2010 À : . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Un Iranien, Jafar Kazemi, risque d’être exécuté d’un moment à l’autre pour avoir participé à des manifestations antigouvernementales et en raison de ses liens présumés avec l’Organisation iranienne des moudjahidin du peuple (OIMP), un groupe d’opposition interdit. Jafar Kazemi, 47 ans, a été arrêté le 18 ou 19 septembre 2009, à la suite d’importantes manifestations antigouvernementales qui ont eu lieu le 18 septembre, et il a été conduit à la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été accusé d’avoir participé à ces événements, durant lesquels plusieurs centaines de milliers de manifestants ont défilé, mais aucun acte violent ne lui a été reproché. Il a été condamné à mort pour « inimitié à l’égard de Dieu », et il semblerait qu’il ait également été reconnu coupable de « propagande contre le régime ». Il a été jugé avec au moins un autre homme, Mohammad Ali Haj Aghaei, qui semble avoir fait l’objet d’accusations similaires, mais Amnesty International ignore si ce dernier a été condamné à mort. Jafar Kazemi aurait été interrogé par les forces de sécurité pendant plusieurs mois, et les autorités ont fait pression sur lui pour qu’il formule des « aveux » à la télévision, ce qu’il a refusé de faire. Le 26 avril 2010, il a appris que sa condamnation à mort avait été confirmée par une cour d’appel. Son avocate, qui ne peut avoir que des contacts limités avec (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse