Écrire Mohammad Ali Shirzadi et Jafar Panahi, réalisateurs iraniens incarcérés depuis plusieurs mois

AU 107/10, MDE 13/048/2010, 5 mai 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 JUIN 2010 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux réalisateurs – Mohammad Ali Shirzadi et Jafar Panahi – se trouvent en détention sans inculpation ni jugement à la prison d’Evin (Téhéran) depuis qu’ils ont été arrêtés, en janvier et mars 2010 respectivement. Ces hommes étant détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leur droit à la liberté d’expression, Amnesty International demande leur libération immédiate et inconditionnelle, et les considère comme des prisonniers d’opinion. Mohammad Ali Shirzadi, 39 ans, a été arrêté par cinq hommes non identifiés le 4 janvier, devant chez lui à Téhéran. Il a dans un premier temps été forcé à retourner à l’intérieur de son logement, qui a ensuite été perquisitionné sans autorisation ; son ordinateur, son carnet personnel et d’autres objets ont été saisis. Ses proches sont restés sans nouvelle de lui pendant 40 jours ; il leur a ensuite téléphoné pour leur dire qu’il allait bien, mais n’a donné aucune information concernant son lieu de détention. Ils ont par la suite appris qu’il était incarcéré à la prison d’Evin. Il a jusqu’à présent été autorisé à recevoir deux visites de la part de sa famille, en présence d’un membre des forces de sécurité, et n’a pas pu dire à ses proches ce qui a motivé son arrestation. Ses proches pensent cependant que cela pourrait être lié à un entretien qu’il a filmé il y a environ deux ans entre Emadeddin Baghi, (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition