Écrire Risque d’expulsion forcée pour 200 familles en Egypte

AU 109/10, MDE 12/022/2010, 7 mai 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 JUIN 2010 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux cents familles vivant dans le quartier informel de Zerzara, dans la ville de Port-Saïd (Égypte), pourraient être victimes d’une expulsion forcée visant à libérer de l’espace pour la construction d’une route. Le 4 mai, la démolition de plusieurs logements a été ordonnée et 15 familles se sont retrouvées à la rue. Le 4 mai, sans annonce préalable, les autorités municipales de Port-Saïd ont détruit 15 maisons d’un étage, sans proposer de solution de relogement aux familles qui y résidaient. Un important dispositif policier a été déployé durant l’expulsion forcée et la démolition qui s’en est suivie, et d’après le Centre égyptien pour le droit au logement, des policiers ont frappé certaines des personnes expulsées. Un représentant des forces de sécurité leur aurait proposé 500 livres égyptiennes (environ 70 euros) en guise de dédommagement le jour de l’expulsion, et leur aurait dit qu’elles pouvaient reconstruire un logement dans une autre zone du camp, à l’écart du tracé de la route. Il semble que les arrêtés d’expulsion ont été pris par le gouverneur de Port-Saïd en vertu d’une loi qui l’autorise à raser les bâtiments qui « empiètent » sur des terrains publics. Comme les résidents de Zerzara n’avaient pas été informés de cette décision, ils n’ont pas eu la possibilité de former de recours auprès de la justice, ce qui est contraire au (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse