Écrire Hassan Saleh, Marouf Mulla Ahmed et Muhammad Ahmed Mustafa, détenus au secret, risquent la torture

Action complémentaire sur l’AU 26/10, MDE 24/011/2010 Selon les informations recueillies par Amnesty International, Anwer Naso, Hassan Saleh, Marouf Mulla Ahmed et Muhammad Ahmed Mustafa auraient été entendus par un procureur militaire à Damas le 19 avril. Anwer Naso a été libéré sans inculpation trois jours plus tard, le 22 avril, mais les trois autres hommes sont toujours en détention et font l’objet, semble-t-il, d’une information judiciaire. Hassan Saleh, Marouf Mulla Ahmed et Muhammad Ahmed Mustafa, trois membres éminents du Parti Yeketi (Parti de l’union), une formation politique syrienne qui ne bénéficie pas de l’autorisation officielle de l’État, ont été arrêtés fin décembre 2009, ainsi qu’Anwer Naso. Ils ont été détenus à l’isolement pendant neuf jours et interrogés par la Sécurité politique d’Al Hasaka, dans le nord-est de la Syrie, avant d’être transférés à la section d’Al Fayhaa à Damas, le 4 janvier 2010. Anwer Naso aurait été violenté et roué de coups sur la plante des pieds pendant qu’il était en détention. Amnesty International demeure préoccupée quant à la sécurité de Hassan Saleh, Marouf Mulla Ahmed et Muhammad Ahmed Mustafa, qui sont toujours détenus au secret et risquent d’être torturés ou de subir d’autres mauvais traitements. Les autorités syriennes n’ont pas dévoilé les motifs de l’arrestation de Hassan Saleh, Marouf Mulla Ahmed et Muhammad Ahmed Mustafa ni les charges pesant sur eux. Néanmoins, à la connaissance d’Amnesty International, les dirigeants de formations politiques réclamant davantage (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.