Écrire Timoteo Alejandro Ramírez, un dirigeant communautaire indigène, et sa femme tués par balle

Action complémentaire sur l’AU 110/10, AMR 41/042/2010 Le 20 mai, Timoteo Alejandro Ramírez, un dirigeant communautaire indigène, et Cleriberta Castro Aguilar, sa femme, ont été tués par balle chez eux, à Yosoyuxi, un village de la « municipalité autonome de San Juan Copala », qui est située dans une région de l’État d’Oaxaca (Mexique) habitée principalement par les Triquis. Le 20 mai, au moins deux hommes ont pénétré chez Timoteo Alejandro Ramírez, 46 ans, et Cleriberta Castro Aguilar, 36 ans, et leur ont tiré à chacun une balle dans la tête. Les intrus n’ont pas fait de mal aux cinq enfants du couple, qui étaient dans une autre chambre. Timoteo Alejandro Ramírez était l’un des principaux dirigeants communautaires de la « municipalité autonome de San Juan Copala » et du Mouvement d’unification et de lutte des Triquis (MULT), la faction triqui qui a soutenu la création de la municipalité autonome. D’après certaines organisations locales de défense des droits humains, des coups de feu ont été tirés le même jour depuis les collines environnantes en direction des rues du village de San Juan Copala. Le village est en état de siège depuis plus d’un mois. Des membres d’Ubisort, un groupe armé lié au parti au pouvoir dans l’État d’Oaxaca, assiègent la communauté en représailles, semble-t-il, à sa déclaration d’autonomie. Douze femmes et enfants de San Juan Copala ont été enlevés le 14 mai. Ils étaient partis la veille chercher des provisions et des médicaments à Juxtlahuaca, une ville voisine. Selon les femmes, alors (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse