Écrire Des défenseurs des droits humains encore plus en danger après le meurtre d’un des leurs

Action complémentaire sur l’AU 301/09, AMR 23/019/2010, 26 mai 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 7 JUILLET 2010 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Rogelio Martínez, l’un des dirigeants d’une organisation de défense des droits humains du nord-ouest de la Colombie, a été tué par balles le 18 mai. Sa famille et ses collègues sont également en danger. Après le meurtre du défenseur des droits humains Rogelio Martínez le 18 mai, certains de ses collègues pourraient être en danger. Cet homme était l’un des dirigeants du Mouvement national des victimes de crimes d’État (MOVICE) dans le département de Sucre (nord-ouest de la Colombie). C’était également le chef de file d’une communauté de petits paysans qui, en 2006, ont récupéré leur ferme, dont des paramilitaires les avaient dépossédés. La famille de Rogelio Martinez et d’autres petits paysans qui vivent sur cette ferme, pourraient aussi être en danger. Le 18 mai vers 18 heures, six hommes en noir portant des cagoules ont ouvert le feu sur Rogelio Martínez alors qu’il était à l’arrière d’un taxi-moto. L’attaque a eu lieu près de chez lui, à La Alemania, une ferme de la municipalité de San Onofre, dans le département de Sucre. Rogelio Martínez avait signalé avoir reçu une menace de mort par téléphone le 15 juin 2009. Dans le département de Sucre, le MOVICE est dirigé par Ingrid Vergara, qui a reçu de nombreuses menaces ces deux dernières années. L’incident le plus récent a eu lieu le 5 février 2010 : une (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse