Écrire Non aux renvois forcés de demandeurs d’asile à Mogadiscio

AU 137/10, EUR 45/009/2010 Les autorités britanniques s’apprêtent à renvoyer un homme (désigné ici sous le nom de M. S. afin de préserver son anonymat) à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, mercredi 23 juin, après avoir rejeté sa demande d’asile. Elles pourraient avoir l’intention de renvoyer d’autres ressortissants somaliens dans ce pays le même jour. Amnesty International estime qu’il est dangereux de renvoyer des ressortissants somaliens dans le centre ou le sud de la Somalie, y compris à Mogadiscio. Étant donné l’incapacité de l’ensemble des parties au conflit en cours à respecter le droit international humanitaire, toute personne présente sur les lieux risque d’être blessée ou tuée dans ce contexte de violence généralisée, au cours d’attaques disproportionnées commises sans distinction. Personne ne devrait être renvoyé de force en Somalie. M. S., ressortissant somalien de 50 ans, doit être expulsé le 23 juin du Royaume-Uni et renvoyé à Mogadiscio, la capitale somalienne, via Nairobi au Kenya. M. S. est arrivé au Royaume-Uni en août 2003 et a déposé une demande d’asile. Les autorités britanniques ont rejeté son dossier et il a été débouté de son recours en février 2004. Les demandes et les recours légaux qui ont suivi ont eux aussi été rejetés. Les autorités britanniques continuent d’affirmer que M. S. ne court aucun danger à retourner dans le sud ou le centre de la Somalie, malgré les directives du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), mises à jour le 5 mai 2010, qui appellent tous les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir