Écrire Il faut ouvrir les frontières aux réfugiés venant du Kirghizistan

AU 138/10, EUR 58/004/2010 Joignez-vous à Amnesty International pour demander aux gouvernements de l’Ouzbékistan, du Kazakhstan et du Tadjikistan d’ouvrir leurs frontières à ceux qui fuient les violences dans le sud du Kirghizistan, et de veiller à ce que les réfugiés soient protégés et reçoivent une assistance humanitaire. Le nombre de personnes obligées de fuir de chez elles face aux violences qui ont éclaté dans le sud du Kirghizistan le 10 juin est estimé à pas moins de 400 000 ; des centaines de personnes auraient été tuées et des milliers d’autres, blessées. Les violences se sont atténuées au cours des derniers jours mais, bien que le gouvernement par intérim ait affirmé que les forces de sécurité avaient repris le contrôle de la situation, celle-ci demeure extrêmement instable. Des milliers de personnes - des femmes, des enfants et des personnes âgées pour la plupart - se sont massées du côté kirghize de la frontière entre le Kirghizistan et l’Ouzbékistan dans l’espoir de traverser la frontière ou que la proximité de gardes-frontière ouzbèkes armés les protègerait contre les groupes d’hommes armés incendiant, frappant, tirant et tuant sur leur passage. Les organisations humanitaires ont commencé vendredi 18 juin à distribuer de l’eau et de la farine aux personnes déplacées se trouvant le long de la frontière. Cependant l’accès aux régions du sud du pays les plus affectées reste restreint. Les témoins sur place indiquent que les conditions sont dures et s’inquiètent pour la sécurité ainsi que la santé (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.