Écrire Les victimes d’actes de torture

MDE 12/030/2007 - AU 244/07 Le 16 septembre, des responsables gouvernementaux devraient fermer une organisation non gouvernementale, l’Association d’aide juridique pour la défense des droits humains (AHRLA), basée au Caire. En interdisant l’AHRLA, les autorités violent la liberté d’association et privent les victimes de tortures d’une source indépendante d’aide et de conseils juridiques précieux. L’AHRLA a été informée qu’elle allait être fermée pour avoir violé l’article 17(2) de la Loi 84 de 2002, qui interdit de recevoir des fonds de l’étranger sans l’autorisation du gouvernement. Les autorités ont utilisé de telles accusations par le passé pour réduire au silence des défenseurs des droits humains. Cette décision de dissolution signifie que les avoirs de l’AHRLA vont être saisis et que son directeur va être poursuivi au pénal. Cette décision semble liée au soutien que cette association apporte aux victimes de tortures, et à la visibilité qu’elle donne aux violations des droits humains en Égypte. L’Association fournit une assistance juridique aux victimes de telles violations, et plus particulièrement aux personnes torturées en garde à vue ou dans des centres de détention ; elle peut, notamment, les représenter devant les tribunaux égyptiens. Par exemple, les proches de Mohamed Abdelkader al Sayyed sont venus demander des conseils à l’AHRLA après la mort de ce prisonnier politique aux mains de la police, en 2003. Des éléments incitent à penser que des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.