Écrire Azimjan Askarov,un prisonnier d’opinion en danger

Action complémentaire sur l’AU 135/10, EUR 58/011/2010, 5 août 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 16 SEPTEMBRE 2010. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Les autorités du Kirghizistan ont refusé d’ouvrir une enquête sur les allégations selon lesquelles le prisonnier d’opinion Azimjan Askarov aurait été torturé. Il doit être libéré immédiatement. Azimjan Askarov, qui appartient à l’ethnie ouzbèke, est toujours détenu par la police à Bazar Korgan, dans la région de Djalal-Abad, dans le sud du Kirghizistan. Il a été inculpé pour avoir « organisé des troubles de masse » et « incité à la haine à l’égard d’une ethnie ». Ces chefs d’inculpation sont liés à la mort d’un policier au cours des violences qui ont sévi en juin dans le sud du pays. Azimjan Askarov est détenu par la police dans le centre de détention où travaillait le policier qui a été tué, ce qui rend le défenseur des droits humains particulièrement vulnérable. Le 26 juillet, un tribunal de la ville de Djalal-Abad a confirmé la décision du bureau du procureur général de ne pas enquêter sur les allégations selon lesquelles Azimjan Askarov aurait été torturé après son arrestation le 15 juin. Les autorités soutiennent que les importantes ecchymoses présentes sur le corps d’Azimjan Askarov et photographiées par son avocat ont été causées par son compagnon de cellule. D’après le bureau du procureur, Azimjan Askarov aurait confirmé qu’il n’a pas été maltraité par des agents et il a également refusé de demander (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse