Écrire Cándido Corona Barruecos and Virgilio Meléndez Montiel, des militants des droits du travail en danger au Mexique

AU 187/10, AMR 41/061/2010, 27 août 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 08 OCTOBRE 2010 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Deux syndicalistes indépendants, Cándido Corona Barruecos et Virgilio Meléndez Montiel, ont été agressés et menacés par des hommes armés à l’usine où ils travaillent, dans l’État de Puebla (centre du Mexique). Des membres d’une organisation de défense des droits du travail qui soutient ces syndicalistes ont reçu des menaces de mort. Le 16 août, plusieurs hommes ont séquestré Cándido Corona Barruecos et Virgilio Meléndez Montiel pendant sept heures dans l’usine où ils travaillent. Selon les deux hommes, leurs agresseurs les auraient frappés au visage, au ventre et dans le dos et les auraient menacés de les tuer, eux ou leur famille, s’ils ne démissionnaient pas de leur emploi à l’usine. Les hommes armés pourraient être liés à la Confédération des organisations syndicales (Confederación de Organizaciones Sindicales), active au sein de l’usine. La Confédération des organisations syndicales est le syndicat « officiel » de l’usine depuis de nombreuses années. Au Mexique, les autorités et les employeurs autorisent les syndicats « officiels » à représenter les employés parce que ces syndicats agissent dans l’intérêt des employeurs. Cándido Corona Barruecos et Virgilio Meléndez Montiel font partie d’un groupe de 16 syndicalistes indépendants de l’usine qui contestent la légitimité de la Confédération. La police était devant l’usine (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !