Écrire Le gouvernement swazi tolère des atteintes aux droits humains

Action complémentaire sur l’AU 194/10, AFR 55/005/2010 Le gouvernement swazi a, semble-t-il, toléré les violations des droits fondamentaux de militants commises entre le 6 et le 8 septembre. Ces personnes sont toujours en danger car les forces de sécurité se sont apparemment vu accorder davantage de latitude pour étouffer la contestation. Au Swaziland, des défenseurs des droits humains, des syndicalistes et des militants politiques ont été victimes d’arrestations arbitraires, d’agressions et d’actes d’intimidation entre le 6 et le 8 septembre. Les autorités ont, en effet, perturbé le déroulement de manifestations en faveur de la démocratie qui ont duré deux jours. Pour tenter de réprimer les défilés de protestation organisés, les forces de sécurité ont procédé à des arrestations massives sans aucun fondement juridique. Elles ont détenu illégalement des défenseurs des droits humains, des dirigeants de l’opposition et des représentants de syndicats étrangers. Elles ont saisi du matériel photographique, menacé et arrêté un journaliste tandis qu’un autre a été agressé. Les personnes arrêtées ont toutes été libérées sans inculpation, généralement dans les heures qui ont suivi. Certaines de ces arrestations avaient, semble-t-il, pour but d’intimider les militants, de perturber les rassemblements prévus et de maintenir les organisateurs à l’écart des manifestations. Quelque 30 militants de la société civile, venus de l’étranger pour soutenir leurs homologues du Swaziland, ont été expulsés entre le 6 et le 8 septembre. Le 8 (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition