Écrire Craintes de recours à une force excessive face à des manifestants

AU 209/10 AMR46/016/2010 Des communautés péruviennes manifestant contre un projet d’irrigation – qui, selon elles, restreindra leur approvisionnement en eau – sont menacées par une nouvelle loi qui autorise les militaires à leur opposer une force excessive en toute impunité. Des manifestations ont débuté le 13 septembre à Espinar, une ville du sud du Pérou située non loin de Cusco, en réponse à un projet d’irrigation appelé Majes Siguas II. Malgré deux décisions judiciaires suspendant l’appel d’offres et ordonnant une évaluation de l’impact environnemental du projet, le gouvernement a poursuivi le processus. Les manifestations se sont étendues jusqu’à Cusco, où elles ont pris une nouvelle impulsion et obtenu un large soutien. Le Décret-loi 1095, signé le 1er septembre par le président péruvien, autorise le recours à l’armée en cas de troubles civils. Cela semble inclure les manifestations. Par le passé, les opérations de maintien de l’ordre dévolues à l’armée au Pérou ont abouti à de graves violations des droits humains et une telle décision doit être sérieusement reconsidérée. La loi précise également que, si les militaires commettaient des actes illégaux pendant leur déploiement dans ce type de situations, ils seraient jugés par des tribunaux militaires. Au Pérou, ces juridictions ne sont ni impartiales ni indépendantes, et il y règne depuis longtemps un climat d’impunité. Par ailleurs, les normes internationales relatives aux droits humains disposent que les auteurs présumés d’atteintes aux droits fondamentaux (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.