Écrire Honduras : La famille d’un défunt, Mario Orlando Sequeira Canales, menacée par la police

AU 213/10, AMR 37/014/2010, 28 septembre 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 9 NOVEMBRE 2010. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. La famille de Mario Orlando Sequeira Canales, ressortissant hondurien mort en garde à vue, est la cible de manœuvres d’intimidation. Il est prévu que les policiers accusés de l’avoir tué soient jugés, et une voiture de police tourne fréquemment autour du domicile de cette famille. Mario Orlando Sequeira Canales, ressortissant hondurien vivant aux États-Unis, a été arrêté dans la soirée du 1er juin 2010 à Siguatepeque, dans le centre du Honduras. Il se trouvait sur place afin de rendre visite à sa famille. Il est mort en garde à vue quelques heures plus tard. Le rapport médicolégal a conclu qu’il avait été frappé et étouffé. La police l’a appréhendé le soir du 1er juin alors qu’il était à son hôtel, parce qu’il était semble-t-il en état d’ébriété et que son comportement dérangeait les autres clients. Un de ses proches a assisté à l’arrestation et s’est rendu au poste de police afin de savoir pourquoi il avait été appréhendé. Cette personne a entendu Mario Sequeira crier depuis sa cellule mais n’a pas pu obtenir de renseignements sur les motifs de son placement en détention ; on lui a dit de revenir le lendemain. Le lendemain, ce proche est retourné au poste de police puis a été orienté vers le bureau du procureur, où on lui a dit de se rendre à la morgue de la capitale hondurienne, Tegucigalpa ; la famille y a trouvé le corps de (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse