Écrire Empêcher les retours forcés en Irak

AU 227/10, EUR 35/003/2010, 29 octobre 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 3 NOVEMBRE 2010 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Amnesty International a reçu des informations crédibles indiquant que les autorités néerlandaises envisagent de renvoyer de force à Bagdad (Irak) le 3 novembre 2010 un nombre inconnu de personnes dont les demandes d’asile ont été rejetées. La vie de ces personnes pourrait être gravement menacée dans leur pays d’origine. Les autorités néerlandaises soutiennent que les conditions de sécurité en Irak sont « suffisantes » pour continuer à renvoyer de force des Irakiens dont les demandes d’asile ont été rejetées, bien que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ait clairement émis des directives contraires. Le 22 septembre, elles ont renvoyé de force un certain nombre d’Irakiens à Bagdad sur un vol charter affrété conjointement avec les autorités suédoises, norvégiennes et britanniques. Pas plus tard que le 20 octobre, lors d’une visite aux Pays-Bas, Daniel Endres – représentant du HCR en Irak – a réitéré l’opposition du HCR à la poursuite des expulsions d’Irakiens par les pays européens. Il a déclaré que, à ce stade, il ne pouvait garantir la sécurité de quiconque serait renvoyé en Irak, en soulignant que les attaques et les violences politiques étaient toujours fréquentes dans ce pays. Amnesty International pense que les retours forcés vers l’Irak sont risqués dans la situation actuelle d’insécurité et (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir