Écrire Un ressortissant russe, Ilkhom Ismanov, torturé au Tadjikistan

AU 238/10, EUR 60/002/2010 Le ressortissant russe Ilkhom Ismanov aurait été torturé par la police dans la région de Soghd (nord du Tadjikistan) et risque de l’être encore. Son avocate n’a pas pu le rencontrer. Selon l’ONG Centre pour les droits de l’homme de la région de Soghd, Ilkhom Ismanov aurait disparu le 3 novembre. Sa famille ignorait où il se trouvait. Le 4 novembre, deux hommes se sont présentés au domicile de sa famille et ont dressé une liste de ses biens sans présenter le moindre document officiel. Les deux hommes ont annoncé à sa femme qu’Ilkhom Ismanov était détenu dans les locaux du Service de lutte contre le crime organisé (6ème division) du ministère de l’Intérieur à Khoudjand, dans la région de Soghd. La femme d’Ilkhom Ismanov a engagé une avocate le 4 décembre mais malgré plusieurs tentatives celle-ci n’a apparemment pu voir son client qu’au tribunal, le 12 novembre, lorsque le juge a autorisé le prolongement de sa détention. Le 5 novembre, un représentant du Centre pour les droits de l’homme de la région de Soghd a tenté de rendre visite au détenu mais lui non plus n’a pas été autorisé à le rencontrer. Le 5 décembre, lorsque la femme et le frère d’Ilkhom Ismanov se sont rendus au centre de détention de Khoudjand pour lui apporter de la nourriture et des vêtements, un policier leur aurait demandé d’amener de la pommade pour les blessures et des antidouleurs. La plupart du temps, les proches de cet homme ne sont pas autorisés à lui rendre visite mais ils ont quand même pu le voir deux fois. Selon (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !