Écrire (suivi) : Raghdah Sa’id Hassan, écrivaine syrienne passe en jugement

Action complémentaire sur l’AU 39/10, MDE 24/029/2010, 19 novembre 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 31 DÉCEMBRE 2010 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le procès de Raghdah Saïd Hassan, une écrivaine syrienne de 39 ans arrêtée en février 2010, est sur le point de débuter. Amnesty International a désormais pris connaissance des charges retenues contre elle. Ces chefs d’inculpation indiquent qu’elle est prise pour cible pour avoir fait des recherches sur les droits humains, la corruption et la démocratie en Syrie. À la suite de son arrestation, Raghdah Saïd Hassan a été maintenue en détention au secret pendant 10 jours dans les locaux de la Sécurité politique à Tartous, sur la côte méditerranéenne de la Syrie. Elle affirme qu’à cette période, un haut responsable l’aurait frappée au visage, la faisant tomber à terre, le nez et la bouche en sang. La même personne l’aurait intimidée en la menaçant de la battre avec une chaise. À la connaissance d’Amnesty International, les allégations de violence et d’intimidation émises par Raghdah Saïd Hassan n’ont fait l’objet d’aucune enquête. Raghdah Saïd Hassan a revu sa famille pour la première fois le 10 avril, après avoir comparu devant le procureur militaire général à Homs, au nord de Damas. Elle a été inculpée d’« affaiblissement du sentiment national » et de « diffusion d’informations fausses ou exagérées pouvant porter atteinte au moral du pays », deux chefs d’inculpation souvent utilisés contre des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse