Écrire Ali Aarrass risque la torture en cas de renvoi au Maroc

Action complémentaire sur l’AU 106/09, EUR 41/004/2010 Le Conseil des ministres espagnol a autorisé, le 19 novembre, l’extradition du ressortissant belgo-marocain Ali Aarrass. Cet homme pourrait à tout moment être expulsé d’Espagne et renvoyé de force au Maroc, où il risque d’être détenu au secret, de subir des actes de torture et d’autres mauvais traitements et d’être jugé de façon inique. Le 19 novembre 2010, le Conseil des ministres a définitivement accepté la demande d’extradition d’Ali Aarrass, ressortissant belgo-marocain, émise par le Maroc. Le Conseil a dans le même temps refusé d’extrader Mohammed el Bay, qui possède la double nationalité hispano-marocaine. Ali Aarrass et Mohammed el Bay sont en détention depuis leur arrestation à Melilla, en Espagne, le 1er avril 2008. Leur interpellation faisait suite à l’émission par le Maroc de mandats d’arrêt internationaux le 28 mars 2008. Le 21 novembre 2008, l’Audience nationale (cour pénale espagnole) a autorisé l’extradition d’Ali Aarrass vers le Maroc. Cette décision a été confirmée en appel le 23 janvier 2009, le gouvernement marocain ayant assuré que cet homme ne serait pas condamné à mort ni à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Ali Aarrass est recherché au Maroc pour terrorisme et appartenance à un réseau terroriste dirigé par Abdelkader Belliraj. Début 2008, 35 personnes liées à la « cellule Belliraj » ont été arrêtées. Certaines d’entre elles auraient été torturées par des agents de la Direction de la surveillance du (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.