Écrire Tadjikistan. Réclamez une enquête sur les actes de torture perpétrés par la police

Action complémentaire sur l’AU 238/10, EUR 60/003/2010, 25 novembre 2010 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 6 JANVIER 2011 À : Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Ilkhom Ismanov, actuellement en détention dans la région de Soghd, au Tadjikistan, n’est plus torturé. Selon une ONG présente dans le pays, l’Action urgente du 15 novembre aurait joué un rôle essentiel dans l’arrêt des actes de torture qui lui étaient infligés. Cependant, rien ne permet de penser que cet homme ait bénéficié d’un examen médical ou qu’une enquête ait été ouverte sur les allégations de torture. Ilkhom Ismanov a disparu le 3 novembre. Le 4 novembre, sa femme a appris qu’il était détenu dans les locaux du Service de lutte contre le crime organisé (6e division) du ministère de l’Intérieur à Khoudjand, dans la région de Soghd, où il semble avoir été torturé par la police. Il a été inculpé d’« organisation d’un groupe criminel » lors des audiences qui se sont déroulées les 12 et 13 novembre au tribunal municipal de Khoudjand. Le 18 novembre, la femme d’Ilkhom Ismanov a informé Amnesty International de son transfert au centre de détention au secret pour enquête de Khoudjand, un centre de détention provisoire où il ne semble pas avoir subi d’autres actes de torture ou mauvais traitements. Son avocate a apparemment pu le rencontrer le 20 novembre, pour la première fois depuis l’audience. Toutefois, selon la femme d’Ilkhom Ismanov, cette entrevue ne s’est pas déroulée en privé. Sa femme a pu lui (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir