Écrire Ali Mahin Torabi (h) 21 ans

MDE 13/152/2007 - Action complémentaire sur l’AU 263/07 (MDE 13/116/2007, 16 octobre 2007) et suivante (MDE 13/146/2007, 11 décembre 2007) L’exécution d’Ali Mahin Torabi a été provisoirement suspendue par le responsable du pouvoir judiciaire et son dossier renvoyé aux fins d’un nouveau réexamen, pour cause d’incohérences. Début décembre, Amnesty International craignait que son dossier n’ait été transféré à l’Unité d’application des peines, ce qui signifiait qu’il risquait d’être exécuté à tout moment. Ali Mahin Torabi a été condamné pour un meurtre commis lorsqu’il avait seize ans. Il a été arrêté le 3 février 2003 à la suite d’une bagarre sur un terrain de jeu du lycée Bani Hashemi, au cours de laquelle il aurait porté un coup de couteau mortel à un camarade nommé Mazdak Khodadian. Au moment des faits, Ali Mahin Torabi a déclaré à de multiples reprises qu’il n’avait pas frappé Mazdak Khodadian intentionnellement et qu’il n’avait réalisé que celui-ci était blessé qu’en entendant les cris d’enfants qui s’étaient attroupés autour d’eux. Aux termes de l’article 206-b du Code pénal iranien, un homicide est qualifié d’assassinat « si le meurtrier commet intentionnellement un acte de nature à provoquer la mort, même si [le meurtrier] n’a pas l’intention de tuer ». Le 8 février 2003, la 33e chambre du tribunal de droit commun chargé d’enquêter sur les infractions de mineurs à Karaj a condamné Ali Mahin Torabi en vertu du principe de qisas (juste châtiment). Par la suite, le responsable des autorités judiciaires aurait ordonné que l’affaire (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.