Écrire L’exécution d’un prisonnier politique, Habi Habibollah Latifi, reportée

Action complémentaire sur l’AU 271/09, MDE 13/003/2011, 7 janvier 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 18 FÉVRIER 2011 À : . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. L’exécution de Habibollah Latifi, un membre de la minorité kurde d’Iran, a été reportée le 26 décembre 2010, seulement quelques heures avant le moment où elle devait avoir lieu. Plus de 20 personnes ont été arrêtées au domicile de cet homme plus tard ce jour-là. Le 6 janvier, 10 d’entre elles étaient toujours détenues. Elles risquent d’être torturées ou soumises à d’autres formes de mauvais traitements. Habibollah Latifi, étudiant en génie industriel à l’université d’Ilam, n’a pas été exécuté le 26 décembre 2010 comme cela était prévu. Il a été condamné pour mohareb (inimitié à l’égard de Dieu) – infraction formulée de manière vague mais néanmoins passible de la peine capitale – en raison de son appartenance au Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), un groupe armé interdit, et de ses activités présumées pour le compte de cette organisation. Des membres de sa famille et des militants de la société civile vivant à Sanandaj s’étaient rassemblés devant la prison de cette ville pour protester contre son exécution quand, aux premières heures du 26 décembre, un représentant de l’administration pénitentiaire a annoncé que celle-ci n’aurait pas lieu. Aucune nouvelle date n’a été fixée pour l’exécution de Habibollah Latifi, mais Amnesty International pense que ce dernier risque toujours d’être exécuté. À la suite (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse