Écrire Le journaliste Esdras Amado López menacé au Honduras

AU 04/11, AMR 37/001/2011 Le 5 janvier, un journaliste a été suivi et menacé à l’aide d’une arme à feu à Tegucigalpa, la capitale du Honduras. Il a par la suite reçu des menaces de mort par SMS. Le Honduras devient de plus en plus dangereux pour les journalistes : quelque 10 professionnels des médias ont été tués en 2010. Le 5 janvier, à 7 h 45, Esdras Amado López, journaliste et directeur de Canal 36 (une chaîne de télévision hondurienne), effectuait en voiture le trajet depuis l’aéroport vers le centre de Tegucigalpa. Il a remarqué en regardant dans son rétroviseur que deux personnes le suivaient à bord d’une Jeep verte. Le conducteur, en uniforme militaire, tenait un pistolet qu’il a commencé à charger, tandis que le passager prenait des photos de sa voiture. Lorsque les deux véhicules ont été bloqués dans un embouteillage, Esdras Amado López est descendu de sa voiture et a demandé aux deux hommes pourquoi ils prenaient des photos de lui. L’autre conducteur est à son tour sorti de son véhicule, le pistolet à la main, et lui a dit : « Je sais qui tu es et je n’ai pas peur de ta chaîne télé. Ta chaîne et toi, vous êtes des criminels. » Esdras Amado López lui a demandé de ranger son pistolet. Le conducteur lui a répondu : « J’ai toujours eu une arme, j’appartiens à l’armée. » Craignant que la situation ne dégénère, Esdras Amado López a décidé de partir. Les deux hommes dans la Jeep l’ont suivi sur quelques pâtés de maisons avant de changer de direction. Vers minuit dans la nuit qui a suivi, Esdras Amado López a reçu (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.